Idż do treści

Légendes Olsztyn

Changer le contraste Changer le contraste Ajouter aux favoris
A- A A+ Changer le contraste
Changer le contraste Changer le contraste Ajouter aux favoris

Article

Les larmes après la perte d'un grand amour, qui ont donné naissance à la rivière Łyna, des sorcières, des bandits, des châteaux magiques, ou même ... le chancelier Otto von Bismarck - ce sont quelques-uns des thèmes des contes et légendes qui sont associés à Olsztyn et la région environnante.

 

Toute la terre de Warmie est riche en légendes et mythes transmis de génération en génération. Ecrites par les amateurs des traditions régionales, ils ont survécu jusqu’à ce jour. Certains d'entre eux concernent directement ou indirectement Olsztyn.

 

Saint- Jacques et Otto de « fer »

Pourquoi Saint-Jacques apparaît-il sur les armoiries de la ville ? Selon la légende, il est arrivé dans le village de pêche qui n'avait pas de nom. Les habitants ont accueillis très chaleureusement le pèlerin, et il commença à les aider dans leur travail. Les villageois se sont tellement habitués au saint que pour qu’il reste dans le village, ils ont construit une église en son honneur. Et c’est ainsi que Saint-Jacques est devenu patron de la ville d'Olsztyn plus tard, et que son image s’est retrouvée dans les armoiries de la ville.

Selon une autre légende, sur les armoiries, ce n’est pas Saint-Jacques, mais Heiko – le dernier sacrificateur du dieu prussien de la forêt Justus, tué par les habitants d’Olsztyn, dirigés par les Chevaliers Teutoniques.

Une autre figure familière apparaissant dans les légendes est le " chancelier de fer " Otto von Bismarck. Selon une des histoires, déguisé en paysan, il voulait voir comment il était perçu par les gens de Warmie. Quand il a essayé d'inciter un voleur rencontré de divulguer – comme il le pensait tristement - la vérité, ce dernier le prît pour un espion français et le frappa. Heureux de cette attitude, le chancelier, à partir de cet instant, fut rassuré sur la fidélité du peuple de Warmie.

 

Au sujet des débuts magiques de la Łyna

Selon la légende, «la création de la source de la Łyna », écrite par Maria Zientara - Malewska, la rivière a pris son origine des larmes d’Ałna - épouse du chef des Prussiens prénommé Dobrzyn. Lors d'une de ses expéditions, Ałna filait à la maison. Le fils de la sorcière Dietrich l’a vue et est tombé amoureux d’elle. Sa mère cruelle a décidé de l'aider à obtenir la fille. D’une flèche empoisonnée elle a tué Dobrzyn. Les larmes d’Ałna après la perte de son bien-aimé ont créé la source - le début de la rivière Ałna, appelé par les gens des environs Łani, et enfin Łyna.

Une autre « Légende de la Łyna », écrit par Irena Kwintowa, parle de Jasiek - un orphelin élevé par son oncle pêcheur. Lors d'une de leur pêche, le roi des Mille Lacs s’est emmêlé dans leur filet. En échange de la liberté, il a promis à Jasiek une de ses filles - Łyna. Quand le garçon a entendu sa belle voix, il est tombé amoureux d’elle tout de suite. Elle le connaissait avant, elle écoutait ses chansons et lui donnait son affection. Le bonheur, cependant, n'a pas duré longtemps : Jasiek a été écrasé par un arbre. Pour le sauver, Łyna a bravé l’interdiction et est retournée dans les profondeurs du lac. Jasiek fut guéri, mais les amants doivent être punis. Łyna a été transformé en une rivière, et le garçon en saule pleureur sur sa rive.

 

Voleurs sur la Skanda et dans la Forêt Municipale

Celui qui affronte les autorités locales ne termine pas bien. 32 bandits s’en sont aperçus, après avoir enlevé la fille du maire. La jeune fille a réussi à s'échapper et à dire à son père où était la cachette des voyous sur le lac Skanda. Tous furent capturés sauf le chef de la bande. Celui-ci a été attiré hors de sa cachette par la ruse du cordonnier. Il a été condamné à mort par noyade dans la Łyna. Avant de mourir, il a cependant tué le courageux cordonnier.

Parmi les nombreuses versions des secrets de la Forêt Municipale d’Olsztyn, notez le "Château dans la forêt d’Olsztyn " par August Steffen. Le château du titre appartenait au voleur, qui avait une femme pieuse et une fille Elżbieta. Cette dernière est tombée amoureuse du musicien itinérant. Son père n'était pas d'accord pour le mariage, et a ordonné de tuer le jeune homme. Elżbieta a enterré son bien-aimé à côté de sa croix favorite. Quand son père voulut la marier à un voleur, la jeune fille pria pour que cela ne se réalise pas. Dieu a entendu sa demande et le jour-même, ​​le déluge a inondé le château, enlevant la vie à tous les habitants, y compris Elżbieta.

Notre site Web utilise des cookies

visit.olsztyn.eu fait tous ses efforts pour traiter les utilisateurs d’une manière équitable et transparente, tenant compte des meilleures pratiques. En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies, pour que nous puissions vous assurer le confort lors de la navigation sur ce site Web. Pour en savoir plus sur les cookies et la façon dont nous les utilisons, cliquez