Idż do treści

Histoire d'Olsztyn

Changer le contraste Changer le contraste Ajouter aux favoris
A- A A+ Changer le contraste
Changer le contraste Changer le contraste Ajouter aux favoris

Catégorie

Olsztyn a partagé l'histoire complexe de l'ensemble de la Warmie et de l’ancienne province des Prussiens. Depuis plus de 600 ans d'existence, elle a changé plusieurs fois de nationalité, sur son terrain les influences ethniques, culturelles et religieuses se sont affrontées. La connaissance de l’histoire fascinante de la ville nous permettra de mieux comprendre la mosaïque de sa complexité contemporaine.

 

Avant que la ville soit fondée sur ​​les territoires conquis de Prusse, des populations vivaient sur ​​ces terres depuis des millénaires. En témoignent les traces de colonisation trouvées, dont les plus anciennes datent de 7000 ans avant JC. Dans les limites actuelles d’Olsztyn, on a également découvert des colonies du néolithique, de l’époque du bronze et du fer. De l’époque de la colonisation prussienne, se sont conservées des colonies, entre autres au bord du lac Ukiel, à Track et dans la Forêt Municipale (Sądyty), dans Kortowo on a trouvé un cimetière de goths.

Au XIIIe siècle, la région, habitée par la tribu prussienne des Galinds, a été conquise par les Chevaliers Teutoniques. En vertu du traité de 1243, elle a été remise à l’évêché de Warmie, pour faire partie du chapitre de Warmie vers 1346-1347.

Le premier poste de garde dans le coude de la Łyna a été construit probablement encore en 1334 par le maire national de Warmie Heinrich von Luther. A partir de 1347, on a érigé à sa place l’imposant château du Chapitre. Le village, qui s’est développé autour de lui, est mentionné dans les sources écrites pour la première fois en 1348.

 

Fondation et premières années d’Olsztyn

Le Chapitre de Warmie a publié le privilège de création d’une ville à Frombork le 31 Octobre 1353. Le représentant de la ville et son futur maire était Jean de Lajs qui, plus tard, pour sa contribution a été anobli et est devenu une figure importante de Warmie.

La ville a reçu le titre d’Allenstein, le nom prusse de la Łyna - Alna (qui signifie « biche »). Le mot allemand « stein » en ce sens est, cependant, traduit comme « château ». Le nom actuel est une adaptation polonaise de l’appellation d’origine, utilisée par la population locale depuis des siècles.

La ville a été fondée sur le droit de Chełmno, pour 178 lopins « łan » (1 łan égale 16,8 ha). En raison du développement rapide, dès le 4 mai 1378, le Chapitre a adopté l'acte par lequel la zone d’Olsztyn a été étendue vers le nord -est. Avec le temps, la partie des remparts de ce côté a été fermée par la Porte Supérieure appelée par la suite Porte Haute et conservée jusqu'à ce jour.

Dans les fortifications de la ville il y avait encore les portes Basse et du Moulin et la Poterne de l'eau. Devant les portes que reliait le mur de fortification principal ont commencé à se développer la Banlieue - respectivement Supérieure et Inférieure.

Parmi les autres investissements d’Olsztyn jusqu’à la fin du XIVe siècle, on a également terminé la première aile du château et on a construit le corps de l'église st Jacques. On a également érigé le siège de la ville, à l’endroit où se trouve maintenant l'aile sud de l'Ancien Hôtel de Ville vers 1500. La première mention du Conseil Municipal date de 1404.

 

Sur le front des guerres polono-teutoniques

Au XVe siècle, dans l'histoire de la ville dominent les conflits entre l'Ordre Teutonique et la Pologne. Pendant la grande guerre en 1410, l'administrateur du château d’Olsztyn l’a remise au roi de Pologne. Après la lutte, Olsztyn est revenue sous la suzeraineté des Chevaliers Teutoniques. Mais quelques années plus tard - en 1414, pendant la guerre de la famine - l'armée du roi Jagellon a saccagé la ville.

Les affrontements suivants ont eu lieu pendant la guerre de Treize Ans, causée par l'Union Prussienne, dans laquelle est entrée Olsztyn en 1440. Au début de 1454, les habitants de la ville ont pris le château. À la suite de la trahison des canonistes, un an et demi plus tard, la ville et le château étaient occupés par les Chevaliers Teutoniques. Après de nouvelles péripéties et le passage de l’évêque de Warmie du côté polonais, depuis la fin de 1463, l’équipage royal était en poste à Olsztyn.

Conclue en 1466, la IIème paix de Toruń a mis la ville avec toute la Warmie sous le contrôle de la Couronne de Pologne. Toutefois, cela n'a pas mis fin au conflit et dès 1478, Olsztyn est touchée par l'action « de la guerre du prêtre», menée par l'évêque de Warmie, Nicholas Tungen avec le roi de Pologne.

La dernière partie du conflit durant plus de 200 années a eu lieu dans les années 1519-1521. Au début de 1521, un équipage des Chevaliers Teutoniques essaya de prendre la ville. L’attaque a toutefois été repoussée et l'administrateur des biens du Chapitre de Warmie et responsable des préparatifs militaires de l’époque, Nicolas Copernic, fut proclamé défenseur d’Olsztyn.

 

L'âge d'or et l'âge de la chute

Le grand astronome, a rempli les fonctions d'administrateur dans les années 1516-1519 et 1520-1521. Il s’occupait, entre autres, de l’implantation des villages environnants, il a écrit un traité sur l'argent et faisait des observations astronomiques. Un souvenir de ces dernières est la plaque réalisée de ses mains sur le mur du cloître du château.

Après la sécularisation des Chevaliers Teutoniques et en hommage à la Prusse, en 1525 il y a eu la paix de dix ans, appelée ici « l'âge d'or de la Warmie ». Au cours de cette période à Olsztyn ont été créées, entre autres, la chapelle du château (1530), la Chapelle de Jérusalem dans la Ville Basse (1565), l'église st Jacques reconstruite, y compris la surélévation de sa tour monumentale (1596).

Malheureusement, la période de prospérité se termina par le grand incendie de 1620 qui a détruit tous les bâtiments, sauf l'église et le château. Un autre désastre fut la peste en 1624.

Bien que pendant l'invasion suédoise en 1626, en Warmie, elle n’ait pas atteint Olsztyn, l’écho de la guerre a retenti ici aussi. Et lors du conflit suivant avec la Suède en 1656, la ville a été occupée par ses troupes alliées de Brandebourg. Deux ans plus tard, là encore, a éclaté un grand incendie et après les Suédois, ce sont les troupes autrichiennes qui ont ravagé Olsztyn, ce qui a abouti à la grande famine de l’hiver.

Les incendies suivants (1669, 1708, 1712) et les « visites » de l'armée suédoise pendant la IIIème guerre du nord (1703-1704, 1708) ont complété le travail de destruction de la ville, et ce qui a le plus contribué à son effondrement fut l’épidémie de la peste, qui dans les années 1709 -1710 a tué une grande majorité de sa population.

 

En marge de la grande histoire

Malgré ces circonstances défavorables, l’église st Jacques s’est enrichie d’une chapelle attenante à la tour (en 1721), et dans les années 1756 - 1758 dans le château a été construit nouvelle aile, baroque.

En 1772, à la suite de la première partition de la Pologne, Olsztyn, avec le reste de la Warmie est devenue une partie du Royaume de Prusse. Elle comptait alors 1770 résidents. Après l'acquisition des biens du Chapitre par l'état, le rôle de la ville a été marginalisé.

Un autre incendie a frappé Olsztyn en 1803, détruisant une partie des bâtiments. La grande histoire est de nouveau entrée dans la ville au début de 1807, avec l’armée de Napoléon. Bonaparte en personne a séjourné au château local juste pour quelques heures, le 3 février. Le même jour, de la tour de l'église Saint-Laurent à Gutkowo il a observé ses troupes dans la bataille Jonkowo. Puis, dans l'église st Jacques ses troupes ont organisé une prison pour les 1500 prisonniers russes. Ceux-ci pour avoir chaud, ont brûlé le matériel de l’église, conduisant à sa dévastation.

Une date importante pour Olsztyn est l'année 1818, quand a été créé le district d'Olsztyn, et que les constructions de la ville sont allées au-delà du mur de la vieille ville. Avec lui, commençait la phase de développement accéléré, il a dû encore faire face à une épidémie de choléra en 1831, et plusieurs années de famine.

 

Visages de l’essor du XIXe siècle

En 1836, Jakub Rarkowski a pris le poste de maire et ce pendant 29 ans. Pendant cette période, Olsztyn s’est agrandie, les douves ont été asséchées, les rues pavées et éclairées, on a ouvert une piscine et la première école municipale, on a fondé Kortowo et Jakubowo. Lors du mandat du maire suivant, Robert Zakrzewski on a terminé l’hôpital municipal (1867) et la voie ferrée (1872).

L'étape la plus spectaculaire du développement de la ville a néanmoins eu lieu pendant le mandat du maire Oskar Belian, à partir de 1877 et durant 31 ans. La zone de construction a triplé pendant cette période, et la population de la ville est passée de 7 000 à 31 000.

Parmi les nombreuses idées de Belian pour le développement de la ville, la principale était d'amener l'armée. En conséquence, pendant 15 années, l’état-major de divisions a été créé ici, Olsztyn est alors devenue connue sous l’appellation « Kasernopolis » (ville de casernes), et la proportion de soldats parmi sa population atteignit 17 pour cent.

A part cela, en ville un nœud ferroviaire, des industries ont été réalisés, on a développé l’éducation, le service de santé et la justice. De nouveaux bâtiments publics ont été construits, entre autres, le nouvel hôtel de ville, les églises : catholique du Sacré-Cœur de Jésus et dans la Vieille Ville, l’église luthérienne (et puis une autre catholique Saint-Joseph et la garnison évangélique), et tous les quartiers résidentiels.

En 1889, a été lancée une usine à gaz, en 1892 - les téléphones, en 1898 - un réseau d'approvisionnement en eau et d’assainissement, en 1907, une centrale hydroélectrique, qui alimentait entre autres les tramways urbains. En 1905, Olsztyn est devenue le siège de la nouvelle régence, pour les besoins de laquelle a été construit un édifice monumental.

 

Début incertain du XXe siècle

Belian était également célèbre pour la suppression de l'activité nationale et sociale de la population polonaise et pour le combat avec l'Eglise catholique. Malgré cela, dans la ville depuis 1886, fonctionnait le journal de langue polonaise « Gazeta Olsztyńska ». Felix Nowowiejski, le compositeur entre autres de « Rota » y travaillait également à l’époque (1893-1900). Un autre résident de premier plan d’Olsztyn pendant cette période était le futur architecte Erich Mendelsohn (né en 1887).

La période du développement dynamique a été perturbée par la Ière guerre mondiale. En 1914, les soldats russes sont entrés dans Olsztyn pour une journée. Après la guerre, le Conseil des Soldats et des Travailleurs a pris le pouvoir pour quelques temps.

De l’appartenance des poviats du sud de la Warmie et Mazurie devait décider le plébiscite, organisé en 1920. En raison de la réglementation favorable à la partie allemande, de la propagande massive faite par les allemands et du harcèlement contre le mouvement polonais, le résultat n'a pas reflété la structure ethnique de la ville. Pour la Pologne, seulement 342 personnes ont voté. Le pilier de la polonité pour les années suivantes est devenue la Maison Polonaise où fonctionnaient des organisations sociales polonaises et le journal « Gazeta Olsztyńska ».

L'accalmie d’après-guerre, puis la crise économique n'ont pas été propices à de nouveaux investissements. Toutefois, un théâtre a vu le jour (1925) et l'aéroport (1926), et les Franciscains ont construit une église majestueuse du Christ-Roi et de Saint- Francis (1927).

Après son arrivée au pouvoir en Allemagne, en 1933, le parti nazi a intensifié à Olsztyn la propagande nazie et le harcèlement contre les populations polonaise et juive. La situation économique s’est cependant améliorée, entre autres, en raison de la préparation à la guerre. On a fait les rues du centre et Zator, des lotissements ont été construits autour de la ville.

 

La Seconde Guerre mondiale et la période d'après-guerre

En 1939, des casernes d’Olsztyn sont parties les troupes attaquant la Pologne. Le jour de l’éclatement de la seconde guerre mondiale a été lancé le trolleybus. On a également arrêté le rédacteur en chef de « Gazeta Olsztyńska », Seweryn Pieniężny junior, qui plus tard a été tué dans le camp de concentration de Hohenbruch. En quelques jours, toutes les organisations polonaises ont été liquidées et en Novembre a été démoli siège du journal « Gazeta Olsztyńska ». En 1942, tous les Juifs d’Olsztyn ont été transportés dans des camps de concentration. Les malades mentaux de l'hôpital de Kortowo ont été assassinés successivement.

En Janvier 1945, la majorité des habitants de la ville ont fui devant l'Armée Rouge. Celle-ci a occupée Olsztyn le 22 janvier et en a fait la scène de meurtres, de viols et de pillages sur le reste - pour la plupart de langue polonaise - de la population. L’Armée Rouge, entre autres, a assassiné, y compris brûlé vifs les patients et le personnel des hôpitaux locaux.

En Février ils ont mis le feu à la ville, provoquant une destruction de 36 pour cent des bâtiments. De la destruction, seules des églises ont survécu - en raison de l'attitude du père Jan Hanowski, pasteur de l'église de St-Jacques.

Le 23 mai 1945, les Russes ont transmis à l’administration polonaise la ville d’Olsztyn détruite. A la place des habitants de l’époque déplacés, ont commencé à arriver des réfugiés des régions frontalières de l'Est - de la région de Vilnius, Grodno et Volhynie - ainsi que de la Pologne Centrale. Le nettoyage des ruines et la reconstruction de la ville ont duré jusqu'à la fin des années 50 du siècle dernier.

 

Construction d'une ville moderne

Olsztyn est devenue la capitale du District de Mazurie, et depuis 1946 la capitale de la Voïvodie d’Olsztyn. Le siège de l’évêché y est également établi transféré depuis Frombork (depuis 1992, il est devenu l’Archevêché).

En 1950, dans Kortowo on a créé l’Ecole Supérieure d’Agriculture. La plus grande usine de la région – l’Entreprise de Pneus Automobiles d’Olsztyn - lancée en 1967. A l'occasion du 500e anniversaire de la naissance de Nicolas Copernic en 1973, on a construit un planétarium. D'autres investissements ont été associés avec les Fêtes des Récoltes, qui ont eu lieu à Olsztyn en 1978.

En 1966, la ville a incorporé Pozorty, Nagórki, Jaroty, Dajtki, Grądek, Track et une partie de Likusy. Le reste de Likusy et Gutkowo, Redykajny et Lupstych se sont trouvés dans les limites administratives d’Olsztyn en 1987. Le nombre de sa population a dépassé les 100 000 au début des années 70, 150 000 en 1986 et de 170 000 en 1998.

En 1990, ont eu lieu les premières élections locales démocratiques. Un an plus tard, Olsztyn était sur ​​la route du pèlerinage du pape Jean- Paul II. Après la réforme administrative en 1999, la ville est devenue la capitale de la voïvodie de Warmie et Mazurie. Dans la même année, avec la fusion des trois universités locales a été fondée l’Université de Warmie et Mazurie.

Notre site Web utilise des cookies

visit.olsztyn.eu fait tous ses efforts pour traiter les utilisateurs d’une manière équitable et transparente, tenant compte des meilleures pratiques. En utilisant notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies, pour que nous puissions vous assurer le confort lors de la navigation sur ce site Web. Pour en savoir plus sur les cookies et la façon dont nous les utilisons, cliquez